Archives par mot-clé : Thèse soutenue

Thèse soutenue par M. ISMAIL, le 22 juin 2023, sous le thème « Les réseaux socionumériques : pratiques virtuelles et lien social dans la ville de Casablanca », en ar. [: الشبكات السوسيورقمية : الممارسات الافتراضية والرابط الاجتماعي بمدينة الدار البيضاء], sous la dir. de S. Azizi

Ce travail de thèse est le fruit d’un investissement de longue durée, en termes d’investigation et de réflexion sur les réseaux socionumériques, dans leur rapport à la ville et leurs effets sur le lien social. La thèse d’Ismail a cette particularité de porter sur les réseaux sociaux constitués à la fois en ligne et hors ligne par de jeunes associatifs et militants marocains. Elle questionne le rôle de ces réseaux dans la production de liens sociaux alternatifs, dans la métropole de Casablanca.

Le choix de Casablanca comme terrain d’enquête privilégié est un point fort de la thèse qu’il faut souligner car il n’est ici ni anodin ni aléatoire. De toutes les villes marocaines, Casablanca se caractérise -comme contexte urbain fragmenté- par une grande fragilité du lien social, par l’accroissement constant des phénomènes de précarisation des individus et des groupes, de grandes disparités sociospatiales et des violences urbaines endémiques. Dans la thèse de M. Ismail, Casablanca est à la fois le champ d’action des acteurs socionumériques, et l’objet de leurs discours et actions qui relèvent de la militance en ligne et hors ligne. Les espaces physiques de la métropole représentent à la fois le terrain d’observation participante, les lieux de rencontre des acteurs numériques, mais aussi un sujet majeur de leurs discours et actions en ligne et hors ligne.

Ismail a su relever le défi de taille que constitue le choix d’ethnographier un terrain hybride. Son champ d’investigation ayant porté aussi bien sur les actions de ses observés sur le terrain de la ville, que sur leurs pratiques et interactions en ligne, à travers des plateformes telles que Facebook, Instagram et WhatsApp.

Sur le plan épistémologique et méthodologique, Ismail a su développer une approche originale des espaces de pratique, d’action et de discours de ses observés, en dépassant la dualité classique réel/virtuel. Il faut rappeler qu’au départ, Ismail avait une approche dystopique des rapports entre les mondes urbains physiques et les mondes virtuels et qu’il lui a fallu un certain temps pour arriver à corriger ce biais. Mais une fois cette vision duale dépassée, il est arrivé à appréhender dans un continuum les espaces de rencontre et d’action directe dans et sur la métropole avec les mondes numériques de rencontre virtuelle, de mobilisation et d’action à distance sur les espaces physiques urbains.

La méthodologie qui a permis de construire les données empiriques de ce travail repose sur un cocktail d’outils classiques et virtuels. Ismail a ainsi su combiner des outils d’observation et de collecte « classiques » (observation directe ; observation participante active ; conversation ordinaire ; entretien en face à face, technique du carnet) avec des techniques moins classiques (ethnographie virtuelle ouverte et masquée ; questionnaire en ligne sur Facebook ; entretien sur WhatsApp).

Du point de vue de sa structure, cette thèse est composée de deux parties, dont chacune s’articule autour de trois chapitres. La première partie est intitulée (الثورة الرقمية : التحولات الاتصالية والرهانات الاجتماعية) [“La révolution numérique : changements communicationnels et enjeux sociaux”]. Elle constitue à la fois un effort de contextualisation de l’étude, dans le cadre de la numérisation des sociétés à l’échelle internationale et nationale, un cadrage théorique et conceptuel de l’objet de l’étude et également un état des lieux du lien social, dans le contexte marocain et casablancais en particulier. Cette première partie peut paraître trop longue à qui veut arriver au plus vite aux résultats empiriques de l’étude, main on doit reconnaître à Ismail les grands efforts fournis en termes de maîtrise des outils conceptuels relatifs à l’objet de l’étude, et en termes de lecture pertinente des sources majeures sur le lien social et les réseaux socionumériques.

Quant à la deuxième partie, elle est intitulée (الشبكات السوسيورقمية بالدار البيضاء: أية روابط اجتماعية) [“Les réseaux socionumériques à Casablanca : quels liens sociaux ?”]. Elle présente les résultats de l’étude et constitue un essai de réponse aux principaux questionnements de départ. Ismail commence par présenter les résultats de la pré-enquête (Chapitre IV) qui lui a permis d’identifier les réseaux socionumériques les plus pertinents à observer pour questionner les effets sur le terrain de la ville des actions solidaires et militantes des jeunes internautes casablancais. Ainsi, le chapitre IV questionne notamment les sociabilités en ligne et hors ligne. Il comporte une étude de l’image de Casablanca chez ces communautés facebookiennes de cyberactivistes casablancais, dont le principal objet de regroupement et de discussion est la métropole et les nombreux défis qu’elle pose au quotidien, en termes de mobilité, de qualité de vie, de coexistence et de partage des espaces urbains, mais aussi les questions d’insécurité urbaine.

Au terme de cette pré-enquête, Ismail a donc dégagé les deux cas d’étude pertinents étudiés dans les chapitres V et VI. Deux communautés facebookiennes dont l’observation lui a permis de vérifier l’effet des actions digitales sur le lien social dans l’espace de la métropole.

Le chapitre V porte sur les pratiques de solidarité socionumérique de jeunes associatifs, à travers l’étude de cas de l’association caritative Zero Hunger : No Waste, No Hunger. Comme son nom l’indique, à sa fondation en 2017, cette initiative associative portée par un noyau de 7 personnes, visait essentiellement à offrir des repas aux sans-abris et autres marginaux vivant, dans un dénuement extrême, dans la rue et de la rue. L’approche ethnographique multisituée (terrain urbain et RSN), de longue durée (2018-2022) déployée par Ismail lui a permis de montrer comment ces cyber-militants ont su mettre à profit leur maîtrise des TIC ; pour constituer un important réseau de bénévoles et de partenaires socioéconomiques, dont le maillage couvre aujourd’hui vingt villes marocaines (+ de 5000 membres en 2022). Ismail montre également comment la mise en œuvre de compétences et savoir-faire en matière d’entrepreneuriat et commerce digital a permis à cette association de mettre en place des solutions digitales visant, d’une part, à assurer des sources durables de financement des actions caritatives et, d’autre part, à favoriser l’intégration socioprofessionnelle des membres bénévoles, en consolidant leurs compétences par l’offre de formations ciblées (digital skills, personal skills etc.).

Quant au dernier chapitre de la thèse, le 6ème, Ismail y présente les résultats de l’étude de la communauté facebookienne Save Casablanca. Une communauté d’activisme dans et pour la ville, dont les actions en ligne et hors ligne vise plusieurs objectifs dont : la sauvegarde du patrimoine urbain de Casablanca, la dénonciation des politiques de gestion de la ville, l’incurie des autorités urbaines leur incapacité à régler un certain nombre de problèmes chroniques dont souffre Casablanca (circulation, assainissement, gestion des déchets, pollution sonore et industrielle, parking sauvage, harcèlement des conducteurs par les gardiens informels, insécurité urbaine). Ismail montre dans ce dernier chapitre que le militantisme numérique est loin d’être un clavardage stérile et sans effets concrets. Il montre notamment comment, à travers la dénonciation systématique et visuelle des principaux maux dont souffre la ville, Save Casablanca est arrivé à attirer l’attention des autorités urbaines, à se faire reconnaître comme une communauté d’intérêt public, et – en la personne d’un de ses leaders proéminents – à se faire accepter comme un partenaire digne de participer aux réunions officielles, en tant que partie civile, dotée d’une fonction de conseiller et d’une capacité de proposition.

À travers ces deux cas d’étude, Ismail a donc réussi à étayer et consolider sa thèse, à savoir que les pratiques digitales des cyberactivistes casablancais ont bien des effets tangibles et concrets sur le terrain de la ville, et que leurs pratiques en ligne permettent bien de créer des liens sociaux alternatifs.

Jury de soutenance, thèse de Mohamed ISMAIL

  • Pr Kamal MELLAKH (PES), sociologue, (FLSH-Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca), président de jury et rapporteur.
  • Pr Fadma AIT MOUS (PH), sociologue (FLSH-Ain Chock, Université Hassan II de Casablanca), rapporteur.
  • Pr Abdelhadi ARAB (PH), sociologue, (FLSH-El-Jadida, Université Chouaib Doukkali), rapporteur.
  • Pr Souad AZIZI (PH), anthropologue (FLSH-Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca), directrice de thèse.
  • Pr Said BENNIS (PES) sociologue (FLSH-Rabat, Université Mohamed V), rapporteur.
  • Pr Abdelkrim SAA (PES), anthropologue (FLSH-Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca), rapporteur

Souad Azizi

Anthropologue, enseignante chercheure à la FLSH de Mohammedia (Université Hassan II de Casablanca)

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInYouTube