Résumé des communications Coll.URIM, 26-27oct.2017

M’Hammed Abderebbi : « Les jeunes, la participation politique et l’usage de l’internet au Maroc »

Même si plusieurs études réalisées dans les deux dernières décennies sur la jeunesse marocaine ont mis l’accent sur le faible intérêt accordé par les jeunes à la participation politique active, on peut avancer que le nouveau climat d’ouverture et les changements sociaux et politiques en cours au Maroc ont certainement changé cette donne et ont eu un impact positif auprès de la participation politique des jeunes. L’arrivée du printemps arabe, la chute de quelques régimes dans les pays arabes et l’apparition du mouvement du 20 février en 2011 au Maroc ont conduit à une stratégie d’anticipation initiée par le Roi à travers la création de plusieurs instances consultatives de régulation politique et la nouvelle constitution de 2011 qui vise, entre autres, à étendre et généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays. Sur la base d’une enquête de terrain, réalisée en 2014 au niveau national, cette contribution vise à apporter des réponses à des questions relatives à la participation politiques des jeunes avec un focus sur le rapport entre l’usage de l’internet et la participation politique.

Khalifa Ahsina & Moubarek Tayii : « Les pratiques de mobilisation utilisés par les politiciennes marocaines et réseaux sociaux »

Depuis l’indépendance, le Maroc a connu une urbanisation rapide, l’accès d’une part croissante de la population féminine à l’éducation et l’entrée massive des femmes sur le marché du travail. Mais ces changements, enclenchés par la modernisation, n’ont pas permis une participation significative des femmes aux élites politiques locales et nationales.

Ce pose alors la question des formes de mobilisation utilisées par la politicienne marocaine et l’efficacité de celles-ci.

En effet, les formes classiques de l’engagement militant sont en voie de modification. Elles décrivent le passage d’un militantisme traditionnel à un engagement distancié.

Or, les élections communales de 5 septembre 2015 ont récemment mis en lumière l’importance d’Internet et de ses réseaux sociaux dans le succès d’une campagne. Les liens entre Internet et les stratégies des candidats, les enjeux de l’émergence de ce nouveau média dans les discours politiques ont donné lieu à un intérêt nouveau pour sociologie politique.

Cette communication se donne pour objectif d’examiner les pratiques de mobilisation utilisés par les politiciennes marocaines liées au développement de réseaux sociaux, dans le cadre particulier du renouvellement des formes du militantisme.

Yassine Ajana :

صفحات الأحياء الشعبية على الفايسبوك : « فضاءات عمومية افتراضية موازية » للتعبير عن مواقف وأراء الساكنة؟ »

يتعلق الأمر بوصف وتتبع ديناميات تتطور يوما بعد يوم داخل موقع التواصل الاجتماعي « «الفايسبوك»، وما يشكله هذا الأخير من فرص، وإمكانيات أمام العديد من الفاعلين في التعبير عن مشاغلهم وهمومهم وقضاياهم، لا سيما تلك المتعلقة بمواقفهم وتمثلاتهم تجاه سياسات شأنهم المحلي. يتعلق الأمر تحديدا بما يمكن تسميته « صفحات الأحياء الشعبية على الفايسبوك » والتساؤل عن مدلولات مضامينها، وأشكال استعمالاتها.

انطلاقا من وصف اثنوغرافي لمضامين متنوعة (صور فتوغرافية، فيديوهات، أشرطة، تعاليق…) لعدد من « صفحات الأحياء الشعبية « (البرنوصي تحت المجهر، البرنوصي « دوريجين »، ولاد سيدي مومن، شبكة رصد البرنوصي، قلب البرنوصي، وليدات البرنوصي ونفتخر) تروم هذه المداخلة مسائلة مدلولات مضامين هاته « الصفحات الافتراضية » كفضاءات عمومية افتراضية موازية تعبر فيها، ومن خلالها الساكنة المحلية بمختلف فئاتها الاجتماعية عن جزء مهم من قضاياها وتطلعاتها.

تنوع مضامين هاته الصفحات، وعدم انسجام مدلولاتها يعبر عن اختلاف المواقف وتعدد الاهتمامات بين مرتاديها، وكذلك تباين التوجهات الإيديولوجية لكل منها بين معارض ومحتج على السياسات العمومية والمحلية و مطبل لها.

Abderrahmane Amsidder & Hassan Ennassiri : « Réseaux sociaux numériques et agir citoyen au Maroc : Enjeux et contraintes »

Depuis l’avènement du « printemps arabe », les réseaux sociaux ont pris de l’ampleur comme espace de militantisme, une sorte de contre-pouvoir agissant au nom de la démocratie et de l’expression libérée.

Toutefois, et comme nous l’avons démontré dans plusieurs de nos publications (Voir Daghmi, Toumi, Amsidder, 2013, 2015) voir aussi Amsidder, Daghmi, Toumi, 2012, Amsidder, Toumi 2013, etc.,) les réseaux sociaux, notamment face Book, en dépit de leur rôle comme relais d’information, n’ont pas forcément été les principaux vecteurs de mobilisation sociopolitique. En effet, à l’instar de Jean Paul La France, nous dirons qu’il ne suffit pas de cliquer sur son clavier pour participer à la révolution.

Dans la présente communication, nous nous arrêterons sur une autre dimension des réseaux sociaux numériques : comme outils de revendication citoyenne. Les exemples au Maroc  sont nombreux  et nous pouvons citer le cas du pédophile espagnol Daniel Galvan (1), celui des adolescents de Nador (Baiser de Nador), sans revenir sur les « scandales » politiques.

Ainsi, l’émergence de nouvelles formes d’activisme à l’aide des réseaux sociaux numériques est le signe de l’avènement  d’une certaine « démocratie électronique » conquise par les citoyens qui se sont approprié la technique pour revendiquer plus de droits et de démocratie.

En effet, force est de constater que les réseaux sociaux ont joué ici un rôle crucial pour amplifier le phénomène et parfois même ont permis d’infléchir des décisions.

En effet, la mobilisation citoyenne sur la toile a conduit à l’annulation de la grâce royale accordée au pédophile espagnol (2).

 A partir de quelques cas, nous évaluerons le rôle des réseaux sociaux numériques dans la mobilisation citoyenne.

Nous nous baserons sur une analyse de contenu (articles, blog, forums, etc.) et nous recueillerons la perception des citoyens du rôle des réseaux sociaux dans l’agir citoyen.

Notes

  1. Il faut rappeler ici que la grâce accordée au pédophile a provoqué un vent de colère sur tout le pays (sit-in à Casablanca et à Rabat, devant le Parlement, puis dans presque toutes les villes du royaume et même devant l’ambassade du Maroc à Paris suite à l’appel à manifestation lancé par l’Association marocaine des droits humains à Paris – Île-de-France (Manifestation à Paris le 03/08/2013). Les ressortissants marocains se sont également mobilisés aux Etats-Unis, à Bruxelles et dans d’autres continents. Les marocains d’ici et d’ailleurs ont répondu présents. Cette forte mobilisation a profité de la puissance du réseau Facebook ayant appelé les usagers à exprimer leur indignation face à ce « scandale ».
  2. Il convient de noter qu’entre la période du 02 au 31 août 2013 (période suivant la grâce), plusieurs articles traitant le sujet sont parus sur le net, nous en avons recensé 17 000 articles dont 1700 articles en français, 1360 articles en arabe et le reste, dans d’autres langues (anglais, espagnol, etc.). Entre la période du 10 au 20 novembre 2013 (après le refus d’extradition), 15 300 articles dont 615 articles en version française et 421 articles en version arabe.

Bibliographie sélective

2015: F. Daghmi, F. Toumi A. Amsidder , Médias et changements, Formes et modalités de l’agir citoyen, l’Harmattan, Paris.

2014 : F. Toumi, A. Amsidder et I. Toumi, «Printemps arabe et presse écrite française : quelles représentations ? Cas du Figaro et du Monde», French Journal for Media Research [en ligne], Full text/Numéros en texte intégral, 1/2014, mis à jour le : 08/01/2014, URL http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=249.

2013 : F. Daghmi, Amsidder, A, et F. Toumi : les médias font-ils les révolutions ?; ouvrage collectif, L’Harmattan.

2012: A.Amsidder, F.Daghmi, F.Toumi, (Sous la dir.de ), Usages et pratiques des publics dans  les pays  du  sud :  des  médias classiques aux TIC, Actes  du colloque international, Université Ibn Zohr.univ. Poitiers, ISBN 978-99-54-9108-4-9, 434 pages.

2012 : A.Amsidder, F.Daghmi, F.Toumi, « La mobilisation sociale à l’ère des réseaux sociaux Cas du Maroc », In ESSACHESS, Volume 5, n° 1(9)/ 2012), Montpellier, France, ISSN 2066-5083.

Hassan Atifi : « La vidéo de charité numérique. Espace de médiatisation de la vulnérabilité au Maroc »

Cet article présente les résultats d’une étude de la vidéo de charité en ligne comme nouveau média de solidarité digitale au bénéfice des personnes en situation de vulnérabilité au Maroc. Ces vidéos prolifèrent sur YouTube et sont parfois relayées par le site Hespress, premier média électronique au Maroc.

Notre approche relève du champ de la communication électronique (Herring, 2004) et des médias émergents. Elle s’inscrit dans ce mouvement généralisé de l’essor des médias sociaux qui transforment profondément les usages médiatiques, la participation citoyenne et les solidarités digitales. Notre méthodologie et questionnement relèvent de l’ethnographie de la communication électronique (Hymes, 1972) et la sémio-pragmatique. Nos trois principales questions de recherche sont :

  1. Dans quelle tendance générale du développement Web 2.0 inscrire ce phénomène émergent?
  2. Quels sont les formes et les enjeux des vidéos en ligne?
  3. Comment expliquer cet essor de la vidéo de charité en ligne au Maroc? Et que révèle ce phénomène des évolutions ou mutations des solidarités traditionnelles (familiales) et d’accès à l’espace public au Maroc?

Les premières observations montrent qu’au Maroc l’internet, à la différence des médias classiques, facilite plus la visibilité des situations de vulnérabilité. Cette vulnérabilité exposée et en scène concerne surtout les problèmes de santé. Ainsi la vidéo de charité vole au secours du système défaillant de santé marocain. Par ailleurs, la figure du « bienfaiteur » est centrale dans ce dispositif car la charité numérique ou « sadaka » est mise en scène comme une obligation morale voire religieuse. Ainsi ces vidéos témoignent à la fois du bouleversement en cours dans le paysage médiatique marocain en termes d’accès à l’espace public en permettant à chaque individu de contourner les médias classiques en s’adressant à tous. Ensuite, la vidéo en ligne accompagne les mutations de la solidarité traditionnelle ou familiale en élargissant le cadre du don classique, occupé par la famille et proches aux nombreux e-donateurs potentiels.

Mots-clés : Vidéo en ligne, communication électronique, médias émergents, soutien social en ligne, Maroc.

 

Mohamed Bendahan : « Le rôle des médias numériques dans la construction du lien social chez les immigrés subsahariens »

Objet et contexte :

Ces dernières années ont connu la recrudescence de l’utilisation des médias numériques par les populations étrangères de partout dans le monde et particulièrement au Maroc. L’ouverture sur ces médias véhicule une nouvelle forme de représentation de l’espace de l’immigration. Les communautés virtuelles sont bel et bien réelles et commencent à revendiquer un espace propre. Les réseaux sociaux, les sites associatifs et les blogs peuvent-ils traduire la structuration de cet espace et la cohabitation de ses acteurs ?

Peut-on considérer les médias numériques comme de nouveaux espaces d’échange et de lien entre les immigrés subsahariens au Maroc ? Comment se structurent ces liens ? Comment ces nouveaux médias instaurent-ils la relation avec le pays d’origine ? Et comment ils négocient l’interaction avec le pays d’accueil ?

Nous nous basons dans le traitement de cette problématique sur deux hypothèses de base :

  • Les médias numériques participeraient à la construction et le renforcement des communautés, entre individus, et avec le pays d’origine.
  • Ces médias seraient une nouvelle fenêtre de revendication et de négociation de l’altérité migratoire au sein de la société marocaine.

Sur le plan méthodologique, nous allons analyser d’une part, certaines productions des immigrés sur internet, à travers les sites et les réseaux sociaux. D’autre part, des entretiens au sein de quelques associations pourraient nous fournir des éléments de réponse sur l’usage de ces médias.

Bibliographie

Bruneau, Michel. (2004), Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Économica.

Mattelart, Tristan, (2007), Médias, migrations et cultures transnationales, Bruxelles, Editions De Boek.

Bonjawo Jacques, 2011, Révolution numérique dans les pays en voie de développement. L’exemple africain, Paris, Dunod.

Rachid Bouabid :

حرية التعبير من خلال مواقع التواصل الاجتماعي : دراسة ميدانية لعينة من طلاب كلية الاآداب والعلوم الانسانية بالجديدة

لا يختلف اثنان أن حرية التعبير أضحت تشكل أحد الأسس الجوهرية للأنظمة الديموقراطية على اختلاف أنماطها وأشكالها، وحتى الأنظمة غير الديموقراطية فهي تقر في دساتيرها حق الأفراد في التعبير، وتكتسي حرية التعبير من هذا المنطلق نزعة كونية كما كرست لذلك العديد من الاتفاقيات الدولية، عير المبادئ التي جاءت بها الثورة الفرنسية سنة 1789 والاعلان العالمي لحقوق الانسان والمواطن لسنة 1948 والتي كان لها فضل كبير في إقرار غالبية الدول لحقوق الانسان في دساتيرها وما تتضمنه من فصول متعلقة بحرية التعبير بشكل خاص. وقد عمل المغرب بدوره على المصادقة على كل الاتفاقيات الأممية التي تقر بحق التعبير وأقر ذلك في الفصل 25 من الدستور المغربي لسنة 2011، بالصيغة التالية  » حرية الفكر والرأي والتعبير مكفولة بكل أشكالها. حرية الابداع والنشر والعرض في مجالات الإبداع الأدبي والفني والبحث العلمي والتقني مضمونة « 

ولا يختلف إثنان أيضا على أن حرية التعبير في الممارسة الفعلية للأفراد تصطدم بالعديد من المعوقات والعراقيل الذاتية والموضوعية من جهة، كما هو الشأن للعديد من السلوكات التي يعتبرها البعض ضمن التعبير عن الحرية الشخصية للأفراد، (حركة ما صايمينش مثلا) في حين يعتبرها البعض الآخر ضمن الممارسات التي تمس الحرية العامة لأفراد المجتمع من جهة أخرى، وبالتالي فحرية التعبير ليس شيءا مطلقا في حقيقة المعاش اليومي بالنسبة للمجتمع المغربي كمجتمع لازالت البنى التقليدية تفعل فعلها في تمثلات واعتقادات وسلوكات شرائح مهمة منه، وهذا ما يفسر جانبا من جوانب ثقافة العنف التي تتغذى من هذه الإزدواجية الموجودة والتي تجسدها سلوكات الأفراد كما تجسدها أيضا عدة إجراءات تتخذها الدولة تارة بصيغة الحداثة وتارة أخرى بصيغة الأصالة أوالمحافظة … وبمبررات متنوعة…    

وكما أشارت إلى ذلك أرضية الندوة الدولية، فقد اتسع الاقبال من لدن المغاربة على استعمال الوسائل التكنولوجية الحديثة المختلفة والمتنوعة وذلك بفضل شبكة الأنترنيت التي مكنت من تخقيق طفرة حقيقية في مجال التواصل والاتصال بين الأفراد والجماعات. وعطفا على تلك النتائج، فقد أشارت دراسات أخرى إلى كون فئة الشباب هي الفئة الأكثر اقبالا واستخداما لهذه التقنيات الحديثة (دراسة المندوبية السامية للتخطيط سنة 2012) مقارنة مع باقي الفئات، وعليه فقد أصبح من الممكن القول بأن التفاعل المتنامي لأفراد المجتمع بمختلف شرائحه وفئاته عبر وسائل التواصل الاجتماعي -خاصة منه الشباب- يشكل أرضية خصبة للبحث والتناول السوسيولوجي كما الشأن نفسه لحقول معرفية أخرى. لأن التفاعل الافتراضي بواسطة تقنياته التي تعرف تطورا مستمرا لا تنحصر نتائجه وآثاره عند المستعملين له فحسب، ولكن تتعداها في أكثر من مستوى متعلق بالادراك والتمثل والسلوك أيضا ولتعم الوعي الجمعي للمجتمع في غالبيته على الأقل، وفي ظرف جد وجيز، فالمعلومة المتداولة داخل العالم الافتراضي تنتشر بسرعة وأكثر عما يقال حين تنتشر النار في الهشيم.

وانطلاقا من هذا التأثير الواضح لاندماج شرائح واسعة داخل العالم الافتراضي الذي تنتفي داخله الرقابة بمختلف أشكالها، فإن هامش ودرجة الحرية تكون واسعة وهو ما يعني أن حرية التعبير في العالم الافتراضي مختلفة عما هي عليه في الواقع المعاش بالنسبة للأفراد. وعليه فالورقة الآتية مؤطرة بمجموعة من الأسئلة التي سنحاول الاجابة عنها عبر دراسة ميدانية أجريت على طلبة وطالبات من كلية الآداب والعلوم الانسانية بجامعة شعيب الدكالي بالجديدة، وتتمحور أهم الأسئلة حول ما يلي: 

  • ما هي المواصفات المختلفة التي تميز الشباب الذي يلج شبكات التواصل الاجتماعي؟
  • ما هي اهتمامات هؤلاء الشباب داخل العالم الافتراضي؟
  • إلى أي حد سمح العالم الافتراضي للشباب عبر وسائله المتعددة بالتعبير عن انشغالاتهم وطموحاتهم؟
  • ما هي حدود حرية التعبير داخل العالم الافتراضي؟
  • ما هي المخرجات الممكنة للاقبال المتزايد على شبكات التواصل الاجتماعي في مسألة حرية التعبير، وعلاقة ذلك بالتغير الاجتماعي؟  

الكلمات المفاتيح: حرية التعبير، شبكات التواصل الاجتماعي، الشباب- الطلبة.

بعض المراجع:

Nicolas Soucier & Mathieu Poulin-Lamarre, Les impacts sociaux des nouvelles technologies, revue aspects sociologiques, Vol. 20 N1, 2013.

Fanny Georges, Représentation de soi et identité numérique, diponible à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RES&ID_NUMPUBLIE=RES_154&ID_ARTICLE=RES_154_0165, 2009.

Abderraouf Elloumi, Les limites de la liberté d’expression relatives aux droits de la Personnalité, droitdu.net archives ouvertes, 2013. Diponible à l’adresse suivante: http://droitdu.net/a-propos/archives-ouvertes/.

Amal Bousbaa : « Représentations et usages de l’internet par les personnes en situation de handicap »

Notre communication s’articulera autour de deux thématiques majeures : handicap et internet. Le point de départ de notre réflexion est relatif à une étude autour des représentations sur le Handicap (1), qui a décelé l’importance de l’internet pour les Personnes en Situation de Handicap (PSH). Les difficultés rencontrées dans différents cercles sociaux (social, scolaire, professionnel, etc.) amènent ceux-ci à chercher des alternatives pour faire face à un vécu souvent difficile. Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), les sites de rencontres, les groupes de discussions, les applications mobiles (WhatsApp, Messenger, etc.) représentent, entre autres, des facettes multiples d’un monde virtuel accessible à tous, mais dont l’usage est différencié.

Les résultats de notre communication proviendront d’une enquête qualitative, menée par le biais d’entretiens approfondis avec des PSH, dont le but est la compréhension des représentations et des logiques d’usage de l’internet par un groupe porteur d’un stigmate, affectant ses différents aspects de vie. Notre but n’est pas de faire une description réductionniste des différents usages d’internet par les PSH, mais plutôt d’appréhender ces usages en termes de processus qui ne peut être compris qu’à la lumière de déterminants sociaux (sexe, travail occupé, âge, etc.) et d’événements biographiques divers (déperdition scolaire, licenciement, rupture ou quête amoureuse, etc.). Quels sens donnent les PSH aux usages de l’internet? Est-ce pour accéder à l’information quant à son handicap (Moutel, 2006), séduire ou se mettre en couple (Banens et al, 2007 ; Bozon, 1991).), retrouver des paires, entretenir des relations mixtes avec des personnes ‘normales’ en dissimulant (ou non) leur infirmité (Goffman, 1975), ou autre ?

L’hypothèse avancée ici est que l’internet représente pour les PSH un facteur d’intégration leur permettant d’échapper aux manifestations de la stigmatisation et de la victimisation (meskine), pour retrouver une autre forme de normalité et conquérir une identité valorisante, non réduite au stigmate (anonymat, possibilité de ne pas déclarer son infirmité, liberté d’expression, etc.).

Note

  1. Il s’agit d’un projet de recherche sur les «Représentations et perceptions génératrices d’exclusion des personnes en situation d’handicap ». Au- delà de ce projet, un travail de terrain, basé sur une approche qualitative, a été entrepris pour mieux cerner la nouvelle problématique, objet de la présente proposition de communication.

Nawel Chaouni : « Internet comme vecteur d’expressions culturelles de la diaspora marocaine. Cas de l’analyse des participations des fans d’une série télévisée sur les réseaux socio-numériques »

Cette communication s’intéresse à l’importance des pratiques d’une partie de la diaspora (Malonga, 2008 ; Diminescu et al., 2010) marocaine sur les réseaux socionumériques en analysant les formes d’engagements des fans d’une série télévisée sur Internet. Le contenu de la télévision marocaine par voie satellitaire ou numérique (Daghmi, 2011), en tant que canal porteur d’une culture, est relayé sur les médias sociaux par les téléspectateurs. Internet peut représenter un espace de refuge médiatique des minorités, sous représentées ou mal représentées (Macé, 2007) dans les médias traditionnels de leur pays de résidence. L’accès à la télévision numérique et satellitaire permet à tout individu de mieux choisir ses programmes. Les personnes issues de la diaspora vont souvent regarder les chaînes nationales de leur pays d’origine (Diminescu, 2010 ; Malonga, 2008).

Cette communication s’inscrit dans un travail plus large portant sur l’étude de réception de la série télévisée « Bnat Lalla Mennana » auprès de plusieurs publics. J’ai mené, par ailleurs, une enquête qualitative dans la ville de Chefchaouen auprès des habitants de la ville ayant été empruntée comme décor. Le corpus de l’analyse se compose d’un groupe Facebook réunissant plus de 187 000 « mentions j’aime » autour de ce feuilleton marocain. Ainsi, les données recueillies permettent d’avoir une analyse quantitative sur les pratiques numériques de personnes issues de la population diasporique. Les résultats de cette analyse renseignent sur les caractéristiques démographiques des téléspectateurs utilisant cette page (âge, pays de résidence, langue de navigation…).

Mots clés : médias sociaux, diaspora, Maroc, série télévisée.

Noureddine Bahri, Abderrahim Bentaibi &Thierry Desrues : « Changement social et technologies de l’information et la communication en contexte de pauvreté : l’expérience de trois ONGD marocaines confrontées aux logiques de la communauté locale et des rapports sociaux de sexes »

Cette communication présente les résultats d’un projet de recherche exploratoire portant sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) par trois organisations non gouvernementales (ONGD) marocaines qui interviennent en faveur du développement rural dans un contexte de pauvreté. Ce projet partait de l’hypothèse que la multiplication des ONGD et l’accès aux TICs représentent deux phénomènes qui illustrent les changements qu’a connus le Maroc depuis près de deux décennies. Les ONGDS sont perçues comme un vecteur de changements sociaux à travers leurs interventions auprès des populations. De la même façon, l’accès aux TICs est un vecteur de changement social. Dès lors ’accès des ONGD aux TIC permettrait : 1) de briser leur isolement, en favorisant les communications internes et externes ; 2) de fournir des informations sur les stratégies et les besoins locaux en matière de développement ; 3) d’obtenir des ressources et d’établir des partenariats ou de sensibiliser les responsables politiques et administratifs ; et 4) de promouvoir la participation des membres et des populations locales. Toutefois, les TIC sont des ressources ou des instruments qui s’inscrivent dans un ordre social, économique et politique préexistant, il convient donc de vérifier en fonction de chaque situation locale si les reconfigurations induisent et favorisent la reproduction des anciennes positions de pouvoir et d’inégalité ou provoquent au contraire des changements. Dans ce texte nous analysons les actions en matière de TIC et de développement menées par les trois ONGD sélectionnées. Ensuite, nous approfondissons la question de la place des femmes dans les activités, les programmes et les processus de prise de décisions de ces ONGD et, en particulier, nous revenons sur les opportunités d’autonomisation que les TIC offrent aux femmes. En conclusion, nous présentons quelques-unes des possibilités de développement qu’offrent les TIC et certaines limites identifiées, tout spécialement concernant la formation et le genre.

Fanny Georges : « Le militantisme indépendantiste des Touaregs réfugiés au Maroc sur Facebook »

Le programme de recherche « Minorités, identités numériques et circulation des messages politiques sur le web dans le Sahara », qui a fait l’objet d’une sélection dans le cadre de l’appel à projet Emergences (Ile-de-France), a pour finalité d’analyser les le projet pluridisciplinaire Minweb propose d’interroger la production, la circulation et la réception des messages politiques sur le web (YouTube, Facebook, Twitter, site officiels de ces mouvements de libération, site de journaux nationaux en ligne…), dans le cadre de deux conflits actuels dans l’Ouest saharien où les protagonistes recourent abondamment au web pour diffuser leurs messages politiques, faire la promotion de leur spécificité culturelle dans leur quête de reconnaissance régionale et surtout internationale d’une souveraineté territoriale. A ce programme collaborent différents chercheurs et chercheuses spécialistes du Web en sciences de la communication, mais aussi des linguistes et des anthropologues appartenant à différentes institutions et universités. Dans le cadre de cette communication, nous proposons de présenter la spécificité du militantisme indépendantiste des Touaregs réfugiés au Maroc, à partir d’observations sur les pages Facebook des militants et d’entretiens avec 8 militants indépendantistes réfugiés au Maroc.

Aziz Hlaoua : « Une zawiya soufie marocaine dans le monde virtuel : Etude de cas de la confrérie qadiriya boutchichiya »

Ma proposition de communication questionne une thématique productrice de l’ordre et de la hiérarchie au sien de la zawiya Boutchichiya au Maroc: la communication. Au cours de mon travail de terrain de trois ans (2011-2014), j’ai pu constater que la zawiya possède les mécanismes d’une organisation hiérarchisée, structurée, réfléchie et contrôlée. Mais, c’est également une organisation qui communique, qui extériorise ses enseignements, ses doctrines et ses positionnements politiques.

Rappelons l’une des phrases du cheikh sidi Hamza – « autrefois, c’était le disciple qui cherchait le maître, aujourd’hui c’est le maître qui cherche le disciple » (1) – qui met en lumière un mouvement communicationnel du sein de la confrérie vers l’extérieur, vers l’Autre, qu’il soit déjà converti, en cours d’endoctrinement ou autre. Ce mouvement induit une construction de l’information qui sera transmise aux destinataires. Dès lors, il est primordial de définir d’abord les termes d’ « information » et de « communication ». L’analyse qu’Emmanuel Paris (2) fait de l’ouvrage de Daniel Bougnoux (1995) (3), intitulé La communication contre l’information,  est intéressante à plusieurs niveaux. D’après l’auteur (1996 : 199-200) (4) : « notre quotidien est repu de détournements, d’interprétations, de décisions qui sont autant d’entraves pour l’Information », et d’ajouter : « la Communication […] ne va pas à l’encontre de l’Information, elle la récupère, la met en forme » (5). Autrement dit, la communication modèle l’information, elle la modifie. Il y a donc une construction ou une reconstruction de l’information. Cette mise en scène utilise des « artifices alimentant la tromperie » (6) – artifices qui peuvent être manipulatoires. La manipulation peut se définir, entre autres, comme le fait de « soumettre des données à un traitement plus ou moins malhonnête » (7). Quant au journaliste Philippe Loquay (1995 : 144 ?) (8), il explique que « la communication […] se donne alors que l’information se mérite ou s’arrache ». Il ne peut donc pas exister d’échange égalitaire entre l’information et la communication. Cette dernière est « consensuelle, lénifiante et soigneusement approximative dans ses mots et ses images » (9). De son côté, dans son ouvrage Informer n’est pas communiquer (10), Dominique Wolton (11) expose d’autres idées. Selon lui, la communication est « le vrai défi du XXIème siècle » (12).

Selon Dominique Wolton (2001) (13), Internet, progrès technique décisif, « ne présente pas un dépassement de la problématique actuelle de la communication : relier les individus sur une base d’intérêt commun et assurer néanmoins un minimum de cohésion sociale ». Pour autant, ce moyen de communication est couramment utilisé. La Boutchichiya a également choisi ces nouveaux médias : Facebook, YouTube, Twitter, forums sociaux ainsi que divers sites internet de la zawiya en plusieurs langues, afin de communiquer son message. La confrérie utilise une pluralité de codes (langues différentes et langage verbal et non verbal) afin de poursuivre ses objectifs de propagande. La Boutchichiya possède d’importants moyens pour transmettre ses messages. À chaque niveau du schéma communicationnel, ses forces se retrouvent. Les destinateurs sont érudits et compétents, ils connaissent leur auditoire et savent mettre en œuvre des vecteurs et des codes adaptés aux publics connus mais également aux publics potentiels de la zawiya. Les messages, quant à eux, font écho aux préoccupations actuelles. De même, les canaux employés sont très diversifiés, actuels et actualisés. À chacun de ces niveaux, au cœur de chaque détail, se trouve une parole, une mélodie et/ou une photo. Dans le réel et le virtuel, la Boutchichiya a su mettre en exergue ses compétences mobilisatrices et persuasives. Dans les paragraphes ethnographiques lors de la communication, j’analyserai des extraits puisés dans ces nouveaux médias.

Notes

  1. Karim Ben Driss, « Le renouveau du soufisme », in www.soufisme.org [consulté le 29 septembre 2015].
  2. Paris E., maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à Paris 13.
  3. Bougnoux D., (1995), La communication contre l’information, Hachette, coll. Questions de Société, Paris, 144p.
  4. Paris E., (1996), « La communication contre l’information (Daniel Bougnoux) », Réseaux, volume 14 n°75, pp. 199‑200.
  5. Ibid.
  6. Ibid.
  7. Définition du Larousse. URL : http: //www.larousse.fr [consulté le 29 septembre 2015].
  8. Loquay P., (1995), La communication contre l’information. Daniel Bougnoux, Hachette, coll. Questions de Société, Paris, 1995, 144p. Voir aussi : Loquay P., (1995), « La communication au service de l’information ? », Communication et organisation, 8, URL : http://communicationorganisation.revues.org/1801 [consulté le 24/08/2015].
  9. Bougnoux D. cité par Loquay P., Ibid.
  10. Wolton D., (2009), Informer n’est pas communiquer, Paris, CNRS Ed., coll. Débats, 147p.
  11. Wolton d., directeur de recherche au CNRS en sciences de la communication.
  12. Serrano Y., (2010), « Dominique Wolton, Informer n’est pas communiquer », Questions de communication, 17, mis en ligne le 23/01/2012, consulté le 26/05/2015 ; URL : http://questionsdecommunication.revues.org.
  13. Wolton D., (2001), « La communication, un enjeu scientifique et politique majeur du 21e siècle », Revue de l’année sociologique, vol 51, n°2, PUF. URL : http://www.wolton.cnrs.fr [consulté le 1er octobre 2015].

 

Souad Jadli : « La renaissance du conteur marocain à l’ère du web social : Asynchronie de l’existence »

Le conteur marocain, acteur principal dans la diffusion de la tradition orale, a une relation étroite et unique avec son auditoire. Cette relation a un caractère synchrone, puisque le conteur est  en mesure de palper, de façon immédiate, le degré de réceptivité de sa parole dans les places publiques où il pratique (comme la place Jemaa El Fna). Cependant, le changement du rythme de vie et des habitudes sociales a restreint ce contact pour le limiter à quelques occasions.

Par ailleurs, l’évolution incroyable de l’internet ces dernières années a permis
la création d’espaces virtuels sur les différentes plateformes de publication et de partage de vidéos  (Facebook, YouTube, Twitter, Snapchat…) ; l’utilisation de ces espaces donne la possibilité d’attirer un nombre immense de public virtuel. Cette richesse de plateformes ne représentera-t-elle pas, pour le conteur,   un nouvel espace de partage avec le public?  Ne sera-t-elle  pas une solution adéquate pour la promotion de son travail ? Afin de répondre à ces questions, nous avons mené une expérience : il s’agit de sélectionner un échantillon de vidéos de conteurs sur la toile numérique, pour les publier sur une page Facebook et une chaîne Youtube crées à cette fin, et mesurer par la suite la réceptivité du public.

Mots clés : conteur, conte, public, réception, internet, synchrone, asynchrone, imaginaire, relation.

Khadija Karibi : « De l’espace public concret à l’espace public virtuel, construction d’un nouvel espace d’expression ? »

Le débat sur l’espace public a été essentiellement centré sur sa dimension politique en tant que lieu de confrontation des idées, d’expression et de médiation dans une perspective d’enrichissement de la théorie de la démocratie. Dans sa définition politique, l’espace public désigne la sphère du débat politique et de la publicité des opinions privées. Il n’est fondé que si les personnes rassemblées sont guidées par le principe de la raison critique et où la notion de public est basée sur l’intérêt général. Avec le développement des nouvelles technologies, la notion d’espace public est devenue complexe, voire inextricable, plus qu’elle ne l’était déjà, ce qui a, en contrepartie, favorisé son élargissement et a donné lieu à une nouvelle conception de la médiation et de la représentation.

L’espace public virtuel semble avoir donné à l’espace public au sens d’Habermas, l’élan renouvelé des grands espaces physiques centraux où s’organisaient et d’où partaient les grands rassemblements et manifestations. Il est même devenu «catalyseur» de pratiques intenses des espaces publics concrets suite aux messages relayés par interface numérique comme il « impose » des fois une réaction officielle à l’égard d’une expression d’opinion massive sur la toile. C’est également la nouvelle carte visite des groupes militants, qui en font le relais et la continuité de leur action sur l’espace public concret, il est aussi leur tribune et agora répondants des structures officielles similaires. 

Dans cette communication, nous traiterons comment l’espace public virtuel a relayé l’espace public physique (concret) comme lieu d’expression, de rassemblement et d’engagement militant au Maroc. Ce faisant, nous nous interrogerons sur les usages et les représentations dont il fait l’objet par les groupes engagés et par le public marocain ainsi que leurs interactions respectives. Nous aurons également à expliquer comment ces nouveaux lieux d’expression s’organisent et gèrent le libre accès, l’altérité et l’expression…fondements incontournables des espaces publics « traditionnels ». Nous nous pencherons aussi sur les stratégies adoptées par les « agissants » et « les usagers » de ces espaces virtuels (spontanéité, calcul, effet de boule de neige, temporalité-événementialité, visibilité,…) pour se positionner, transmettre leur cause-opinion et gérer les censures et les hostilités.

Noufissa Machkouri : « Le Podcasting : une autre forme de militantisme numérique au Maroc »

Les médias classiques ont toujours présenté le militantisme dans un cadre soumis à des règles de diffusion et de transmission. Les militants eux-mêmes se trouvent face à un manque de communication, ou encore une réduction marchande de l’information et liberté d’expression. Récemment, ces militants commencent à se détacher des médias classiques vers le web. Cet espace qui représente un lieu d’expression  incontournable pour les jeunes surtouts et qui se caractérise par la liberté d’usage et facilité de communication.  Au Maroc, le Podcast constitue une autre forme de communication qui permet aux usagers de militer en ligne à travers l’humour. Les militants en ligne se mobilisent-ils pour les mêmes causes que les médias classiques ? Quels sont les événements qui déclenchent cette nouvelle forme de militantisme ? Quels sont les objectifs de ces podcasts militants et le contenu qu’ils véhiculent ?  Pourquoi le recours à l’humour? Une analyse de contenu de quelques vidéos postées sur Youtube et les pages du réseau social Facebook nous aidera à expliquer comment les jeunes podcasteurs communiquent autrement leur insatisfaction envers les situations politiques et sociales de leur pays dans un cadre humoristique. Cet article fait partie d’un travail de thèse doctorale qui analyse la thématique de manière plus approfondie.

Bouchaib Majdoul : « Jeunes séropositifs marocains et Internet : la force d’un lien faible »

L’internet a démultiplié les modes de communication contemporains, qu’il s’agisse de divertissement, la recherche d’information, de l’emploi, de compagnie… Les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) n’échappent pas à ce mouvement. Il me semble que le doute dans les réponses thérapeutiques curatives et préventives ainsi que la nécessité de lutter contre la stigmatisation et les formes de discrimination conduisent les personnes touchées à se saisir de cet outil technologique pour produire des réponses correspondant à leurs besoins spécifiques. Les jeunes séropositifs semblent utiliser la toile pour accéder à une information fiable, à jour et compréhensible par des scientifiques ou par des paires sur les possibilités thérapeutiques, faire du lobbying pour défendre les droits sociaux, et leur permettre de sortir de l’isolement dans lequel le secret, voire le rejet social, les enferment.

Mots clés : Force des liens faibles, groupe de pratique, normalisation, neutralisation du stigmate, identité virtuelle.

Fatima Mouhieddine : « Nouvelles technologies nouvelle sociabilité : l’usage de Facebook dans la vie de couple »

Depuis 20 ans à peine, l’internet a envahi notre univers quotidien, et s’est retrouvé au milieu de nos relations sociales, professionnelles mais aussi personnelles. Si Internet était pour beaucoup dans la consolidation de certains liens sociaux grâce à des communications quasi gratuites, son utilisation « abusive » pourrait rendre complexe d’autres liens (Singly, 2000).

L’institut d’enquêtes et de sondages d’opinion Averty Market Research & Intelligence a mené, en partenariat avec Maroc Numeric Cluster, une enquête pendant les mois d’Octobre et Novembre 2012 dans le but, de mesurer la fréquence et moyens d’utilisation d’Internet chez les répondants et, d’autre part, d’étudier le comportement de l’Internaute marocain vis-à-vis d’Internet et des réseaux sociaux.

L’enquête en question s’est basée sur un échantillon de 1021 répondants, a démontré que près de 57,4% des répondants passent, en moyenne, plus de 4 heures par jour à surfer sur Internet, avec les ordinateurs portables comme support de connexion principal ( 88%), suivis des téléphones mobiles ( 55%) et des ordinateurs de bureau avec un taux d’utilisation de 41%.Les dits répondants, se connectent majoritairement depuis leur foyer avec un taux de 94%.42% y accèdent depuis leurs lieux de travail.

Très connectés, les jeunes couples marocains, font une place à internet comme une composante essentielle dans leur vie de tous les jours : ils s’y sont connus, ils se sont projetés dans l’avenir grâce à lui.

Le but de cet article est de montrer comment Internet, et Facebook en particulier, contribue à la consolidation des liens conjugaux, à travers une pré-enquête menés auprès de 25 couples (25 femmes et 25 hommes), vivant dans la ville d’El Jadida.

Une première analyse a permis de dégager quelques tendances sur l’utilisation du réseau social Facebook chez les couples, notamment que le réseau social Facebook est considérée comme la source de communication et d’information la plus utilisée par excellence, Facebook participe à la consolidation les rapports sociaux en général et permet de neutraliser les effets de l’absence dans la vie de couple.

Mots clefs : Couple – réseaux sociaux- Facebook – Relation -Vie de couple – Lien social.

Bibliographie

  1. Chéneau-Loquay, A., et al. (2000), Les Enjeux des technologies de la communication en Afrique. Du téléphone à Internet, Paris, Karthala.
  2. Forsé, M.(1991), « Les réseaux de sociabilité: un état des lieux », L’Année sociologique, N° 41.
  3. Jauréguiberry F., (1997), « L’usage du téléphone portatif comme expérience sociale », Réseaux, vol 15, N° 82-83. pp. 149-165.
  4. Jaureguiberry, F.(1998), « Télécommunication et généralisation de l’urgence », Sciences de la société, N° 44, pp. 83-96.
  5. Martin, P. et De Singly, F. (2002),« Le téléphone portable dans la vie conjugale. Retrouver un territoire personnel ou maintenir le lien conjugal ? », Réseaux Vol 2, N° 112-113, pp. 212-248.
  6. Proulx S., (2008), « Des nomades connectés : vivre ensemble à distance », Hermès, no 51, pp. 155-160.

Myriem Narjis : « Internet et marginalité des femmes : cas des stéréotypes sexistes »

Sur Internet plusieurs internautes sont regroupés autour du même centre d’intérêt, celui de communiquer, tout en accédant à l’information, à partir de l’échange établi entre eux. Les relations de genre y sont présentes en force. Celles-ci, malgré la spécificité du monde virtuel, s’opèrent de la même manière que dans la vie réelle de façon à ce que les liens relationnels sont marqués par la distinction entre homme et femme, fille et garçon. Généralement, le côté sexiste est flagrant sur internet. Nous pouvons le distinguer à travers les publications et les commentaires pleins de stéréotypes sexistes, notamment sur les réseaux sociaux numériques, qui représentent des espaces de communication par le biais de l’internet.

Dans cette recherche, il sera question de s’interroger sur les principaux stéréotypes sexistes véhiculés et jusqu’où l’image de la femme est mise en jeu à travers l’utilisation des stéréotypes sexistes. Aussi, comment les femmes se défendent-elles face à ces stéréotypes sexistes ? Interviennent-elles pour arrêter la circulation de ces stéréotypes ?

Pour répondre à ces questionnements, nous allons regrouper et analyser par le biais de l’observation un certain nombre d’images à partir des publications d’un groupe de doctorants regroupé en fonction des études et assurant une continuité sur le réseau social Facebook.

Mot clés : Internautes, Réseaux social, Facebook, Stéréotypes sexistes, interactions.

Mustapha Nhaila : « Approche du rapport entre espace public et espace privé dans la communication par internet au Maroc »

La problématique de notre intervention consiste à définir les critères sur lesquels se fonde  le processus du passage d »un espace privé à un espace public. En effet, il est question d’identifier quelques catégories de groupes sociaux qui sont essentiellement privés  de la  reconnaissance sociale et de l’opportunité de s’exprimer publiquement, à travers les médias de masse. Nous tenterons également de vérifier comment ils élaborent leurs opinions  sur leurs propres expériences et sur celles des autres ; cet autre destinataire pourrait appartenir à la même sphère d’identité que l’émetteur comme il pourrait être lié à une autre sphère. Le message conséquent traduit à la fois la représentation de soi et celle de l’autre.

Par ailleurs, nous tenons à préciser que notre sujet d’étude s’appuie sur une démarche empirique où le virtuel et le réel sont indissociables; cela ne va pas sans soulever une interrogation épistémologique sur la part du virtuel dans la connaissance des phénomènes sociaux.

Pour ce faire, nous allons procéder à la collecte des données et à leur analyse en prenant quelques sites, les plus consultés de la presse électronique comme référence. Le recueil des données s’articulera autour des commentaires formulés par les lecteurs  à l’occasion de la publication d’articles ayant pour sujet un fait religieux; un événement politique ou un problème social.  En effet, quelques sites de la presse électronique  offrent aux lecteurs une plate-forme où ils peuvent exprimer leurs opinions à propos de leur expérience personnelle ou celle des autres.

Ainsi, la réactivité virtuelle des internautes face à des faits réels, nous permettrait d’examiner le processus de construction des propos émis et de leur incidence sur la vie réelle  de l’individu et de la société.

Aouatif Ouzid : « Le rôle de l’internet dans le transfert du lien social, du réel vers le numérique »

L’objet de cette communication est de discuter des relations conceptuelles entre le ou les liens sociaux et leur numérisation via les échanges internet.

En effet, de nombreux auteurs ont montré que les processus d’échange et de socialisation relevaient de mécanismes intrinsèques propres aux individus et d’autres relevant de mouvements de sociétés, comme les évolutions techniques et technologiques.

Nous cherchons donc à saisir les liens existants entre la socialisation dans le réel et le numérique via les SN (Social Network).

A la lumière des travaux d’auteurs traitant des sciences sociales, d’information et de communication (Durkheim, Chauvière, Mucchelli, Castel…), nous tentons ici de confronter un concept relevant lui des sciences Thérapeutiques et qui est le Transfert, tel qu’avancé par Freud.

Nous cherchons par ailleurs à répondre à certaines questions :

  • Les réseaux numériques, prennent-ils le relais des liens en société ?
  • Le Transfert, scelle-il un ancrage affectif et multiple sur le web ?

Mais plus en amont,

  • Le déterminisme technologique pourrait-il expliquer le transfert du lien social du réel vers le numérique ?
  • Mots clés: réseaux sociaux, construction lien social, transfert, TIC.

Damiano Rama : « L’Internet des jeunes et les peurs des adultes : usages et représentations des réseaux sociaux au Maroc »

Cet article résume les observations fruits d’une recherche anthropologique de terrain, menée au Maroc, axée sur l’étude de l’impact culturel des moyens de communication numérique sur la sociabilité des jeunes et sur leur processus de construction identitaire. Après des recherches réalisées en Italie (2012) et en France (2013-14), depuis 2014 mes terrains ont été réalisés au Maroc dans la région de l’Oriental, particulièrement à Oujda et Figuig. Au Maroc, je me suis dédié principalement à l’étude de la sociabilité des adolescent-e-s, avec une attention particulière aux filles et jeunes femmes. Cette approche nous permet d’interroger l’aspect plus riche et moins étudié de la sociabilité numérique, à savoir les chevauchements et les intégrations qui se produisent entre l’innovation technique et le contexte culturel d’accueil. Ce constat impose d’intégrer les différents environnements d’observation, à la fois physique et numérique, en un seul terrain « multimodal ». Les données issues du terrain indiquent en effet qu’internet et les téléphones intelligents sont appropriés dans chaque contexte de façon culturellement située. En particulier, cette étude révèle qu’il existe des processus complexes de négociation entre les potentialités du moyen technique et les catégories conceptuelles des groupes sociaux qui l’accueillent.

Mohamed Sguenfel : « Les réseaux sociaux : espaces de mobilisation et de revendication. Cas des internautes amazighes »

De par le monde entier, les réseaux sociaux sont devenus un moyen de communication incontournable. Son usage au Maroc, qui n’échappe pas à la règle, semble dépasser le simple cadre communicationnel pour devenir un moyen d’affirmation d’une « identité virtuelle » et un espace favorable à l’action militante. C’est le cas notamment de la communauté amazighe qui s’approprie l’outil à des fins revendicatives.

L’objet de cette communication est d’analyser les usages des médias numériques par les internautes amazighes en tant que forme de mobilisation pour la défense de la langue et de l’identité amazighe. Deux événements, qui ont marqué la scène politique marocaine relativement à cette mobilisation amazighe, constitueront la base de notre analyse : il s’agit de la mort de l’étudiant et le discours d’un membre du parti PJD à l’encontre des amazighes. Ces deux évènements seront analysés sur le plan discursif et nous allons voir comment les internautes amazighes se sont mobilisés à travers le web pour dénoncer une forme d’exclusion dont ils sont l’objet. L’analyse portera sur divers supports numériques : des vidéos postées sur Facebook, des analyses dans des blogs ou dans les presses électroniques notamment une des plus connues et des plus utilisées Hespress.ma. L’expression de cette exclusion sera analysée à travers une série de représentations, de projections et de stéréotypes déployés par ces leaders dans leurs communications et qui visent une sorte « d’infra-humanisation » de l’autre. Il s’agit d’une « pensée stigmatique » (Moscovici, 2002) appréhendant l’autre à travers un processus de dévalorisation et de typifications stéréotypées. Nous analyserons aussi les discours exposés par les militants amazighs pour défendre leur identité et pour dénoncer les discours de stigmatisation. Deux types de discours se développent alors : le premier à coloration agressive critique toute l’idéologie pan arabiste et tente de battre en brèche les fondements de cette idéologie tandis que l’autre, moins virulent, tente de défendre l’identité amazighe dans le cadre d’un Maroc pluriel riche par ses différents affluents : amazigh, arabo-musulman et africain.

Souad Azizi

Anthropologue, enseignante chercheure à la FLSH de Mohammedia (Université Hassan II de Casablanca)

More Posts - Website

Follow Me:
YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Carnet du Réseau de recherche sur les Usages et Représentations de l'Internet au Maroc

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search